biographie

Ma photo

J'ai d'abord exercé comme enseignant spécialisé auprès de jeunes sourds. J'ai ensuite exercé différentes missions d'encadrement dans des établissements et services du secteur médico-social. Parallèlement, j'ai été formateur dans différents organismes. J'ai publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et un ouvrage aux éditions l'Harmattan en 2004.
Je suis en retraite depuis l'été 2016, et ressource disponible (gracieuse).
Je suis actuellement administrateur d'une association régionale de formation en travail social

jeudi 1 juin 2017

quand perdure la déficience

Quand perdure la déficience ...

Le discours sociétal affirme consensuellement mais avec force un changement de paradigme de pensée et d’action concernant les personnes en situation handicap. Avec la loi du 11 février 2005 et la nouvelle définition du handicap, ce qui faisait la « définition » des personnes concernées, à savoir la déficience (ou le trouble, ou la maladie) et les incapacités conséquentes, s’élargit à des facteurs environnementaux et personnels, l’ensemble étant en mesure de caractériser des situations de participation sociale de ces personnes, ainsi que les situations de handicap qu’elles pouvaient rencontrer. Que devient dans ce contexte la déficience ?


Il faut certes la prendre en compte, ainsi que les incapacités conséquentes, tant en ce qui concerne les actions à mener (prévention, « traitement », compensation, éducation, rééducation…) qu’en ce qui concerne l’ouverture administrative de droits, puisque la situation de handicap et le statut de personne handicapée sont attachés à l’existence d’une déficience, d’un trouble ou d’une maladie.

Mais il apparait que la déficience définit encore de manière principale la personne, résurgence de la pensée bio-médicale et normative qui définissait auparavant les personnes en situation de handicap. Là où l’on convient de définir une situation de handicap comme le résultat d’une interaction entre une personne (avec sa déficience, ses capacités, ses incapacités) et un environnement qui présente des facilitateurs ou des obstacles, dans les faits, on pense encore souvent la situation comme exclusivement attachée aux caractéristiques de la personne, sans prendre en compte que la situation de handicap peut se réduire par une modification de l’environnement. La porte d’entrée, en particulier administrative (ou technocratique, ou bureaucratique) reste fixée sur la déficience comme déterminant catégoriel de l’action, par exemple sociale et médico-sociale.

Un décret, le décret n° 2017-982 (JO du 11 mai 2017) relatif à la nomenclature des établissements et services sociaux et médico-sociaux accompagnant des personnes handicapées ou malades chroniques, réaffirme cette primauté de la déficience dans l’organisation politique du secteur. Toutes les catégories d’établissements et services sont référencées sur les catégories de déficiences. Il faut bien, dira-t-on, catégoriser afin d’avoir une lisibilité de l’action et de l’organisation médico-sociale (l’objectif est explicitement d’avoir une nomenclature simplifiée). Mais les mots utilisés ne sont pas neutres, ils désignent des « choses », ils découpent la réalité en concepts, et ils finissent par définir et caractériser des réalités sociales.


Ainsi par exemple, pour la déficience auditive, les CROP (Centre de Rééducation de l’Ouïe et de la Parole) deviendront des IDA, des Instituts pour Déficients Auditifs. (pour ce qui concerne les CROP, en définitive on ne change pas de modèle) ; mais aussi les IJS (Instituts pour Jeunes Sourds) ou les IES (Instituts d’Education sensorielle) deviendront également des IDA. L’univocité du rappel à la déficience risque d’avoir pour effet, en particulier chez les acteurs professionnels concernés du secteur médico-social de ratifier l’approche défectologique et réparatrice de laquelle ils avaient déjà bien du mal à s’extraire. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire