biographie

Ma photo

Aujourd'hui
Formateur certifié sur le Processus de Production du Handicap (PPH) au sein du Réseau International du PPH
Conférencier : école inclusive, scolarisation des élèves sourds et handicapés, approches conceptuelles du handicap
Administrateur d'une association régionale de formation en travail social
Carrière professionnelle :
J'ai d'abord exercé comme enseignant spécialisé auprès de jeunes sourds. J'ai ensuite exercé différentes missions d'encadrement dans des établissements et services du secteur médico-social. Parallèlement, j'ai été formateur dans différents organismes. J'ai publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et un ouvrage aux éditions l'Harmattan en 2004.
Je suis en retraite depuis l'été 2016.

vendredi 28 septembre 2018

lecture : Accompagnement et handicap

Handicap et accompagnement. nouvelles attentes, nouvelles pratiques
de STKER, PUIG, HUET, Dunod 2014


La lecture de cet ouvrage, publié en 2009, réédité en 2014, est toujours d’actualité. Si le terme accompagnement s’est substitué progressivement à ceux de prise en charge ou d’aide, il y a « loin de la coupe aux lèvres », et les pratiques sont encore bien ancrées dans des modèles relationnels qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’accompagnement.


D’où l’intérêt de la tentative de définition de l’accompagnement à travers l’histoire de son émergence, la nature et l’origine de la demande, la typologie des différents modèles d’accompagnement, la nature éthique et technique de l’accompagnement, et les conditions d’un bon accompagnement.

Extraits de la présentation : « Qu’est-ce qu’accompagner une personne en situation de handicap ? » Question hantée et comme saturée par cette autre question : « Qu’est-ce que bien accompagner une personne en situation de handicap ? Question plus éthique que technique. Le bon accompagnement ne peut être que celui jugé tel par les intéressés, seuls légitimes finalement pour décider de ce qui peut ou non être appelé accompagnement. Le bon accompagnement n’est-il pas, au fond et simplement, l’accompagnement tout court ? Car s’il n’est pas par nature bon, il disparait pour laisser place à un autre type de relation reléguant la personne en situation de handicap dans un statut d’objet pris en charge.

Il est intéressant d’observer par exemple comment l’émergence de la notion d’accompagnement a été contemporaine d’une évolution des représentations sociales et du regard sur les personnes handicapées. La sortie d’une approche du handicap centrée de manière univoque sur les facteurs personnels de déficience et d’incapacités et intégrant les facteurs environnementaux, l’affirmation progressive des droits des personnes handicapées et la préoccupation conceptuelle et pratique de leur participation se substituant à la primauté de l’approche rééducative et soignante sont des phénomènes concomitants à la mise en place et à l’appropriation de la posture et de la démarche d’accompagnement.

Laissons aux auteurs ce qu’ils écrivent en conclusion et qui reflète parfaitement l’esprit et le contenu de l’ouvrage : « Le modèle de la prise en charge qui fait de la personne en situation de handicap au mieux une sorte de patient et au pire un objet est révolu. Récusé par les intéressés, périmé par une définition du handicap qui s’éloigne de la maladie et même de la déficience, ce modèle ne reste présent dans les gestes des professionnels et les pratiques institutionnelles que par le poids des habitudes, les inévitables résistances aux changements et, bien entendu, la sécurité qu’il semble encore offrir aux générations de professionnels plus entrainés à l’exercice de métiers rigides et de techniques standardisées qu’aux incertitudes de pratiques engageant leur subjectivité, leurs émotions, leur intelligence collective dans des aventures relationnelles qui, parce qu’ils n’y sont pas préparés, leur paraissent, légitimement, plus périlleuses. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire