biographie

Ma photo

J'ai d'abord exercé comme enseignant spécialisé auprès de jeunes sourds. J'ai ensuite exercé différentes missions d'encadrement dans des établissements et services du secteur médico-social. Parallèlement, j'ai été formateur dans différents organismes. J'ai publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et un ouvrage aux éditions l'Harmattan en 2004.
Je suis en retraite depuis l'été 2016, et ressource disponible (gracieuse).
Pour lire ma bio complète, aller à la page "autres textes"

vendredi 21 avril 2017

Présentation : l'inclusion est un sport de combat

L'inclusion est un sport de combat. Philosophie et pratiques pour une école incluante



Présentation diaporama de la conférence donnée le 6 avril 2017 au colloque : "L'inclusion des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire, vers une société inclusive".

Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale Centre-Val de Loire, Croix Rouge Française, Chambray-les-Tours (37)

accéder au diaporama

jeudi 13 avril 2017

Publication : Cessons de les appeler 'handicaps associés'

Cessons de les appeler "handicaps associés"

une nouvelle publication de Jean-Yves Le Capitaine
Revue EMPAN, n° 105, p.114-119

Résumé

Les dispositifs d'éducation et de scolarisation pour "jeunes avec handicaps associés" (ici de jeunes sourds) ont l'avantage de proposer des réponses inexistantes dans le milieu ordinaire. Mais ce faisant, ils assignent dans le même temps ces jeunes à une catégorisation excluante et à des représentations d'incapacité éloignées de la norme. Cela reste un défi pour les professionnels, les parents et les jeunes eux-mêmes de s'extraire de cette assignation


Mots clés :
handicaps associés, sourds, dispositif spécifique, assignation, participation sociale

texte accessible sur la plate-forme CAIRN

lundi 3 avril 2017

effet pervers du petit groupe

Effet pervers du petit groupe

En ces temps-là, au début des années 1990, l’intégration scolaire des élèves handicapés était loin d’être une évidence. Tout au plus y avait-il des classes spécialisées, les CLIS de l’Education nationale, et quelques rares dispositifs de classes externalisées des établissements spécialisés. Mais il s’agissait de classes seulement intégrées dans l’espace scolaire, les élèves étant quant à eux dans leurs dispositifs spécialisés. Car rare et peu évidente, révolutionnaire même, était la présence d’élèves sourds, pratiquant la langue des signes qui plus est, dans les activités scolaires des classes de l’école.

mardi 28 mars 2017

"il chantera même la Marseillaise"

"Il chantera même la Marseillaise"

On pourrait croire qu’aujourd’hui, douze ans après la loi de 2005 qui instaure le droit d’utilisation de la langue des signes (enseignement de la langue des signes et en langue des signes) pour les sourds, et vingt-cinq ans après la première reconnaissance officielle de cette langue dans l’éducation des sourds, cette langue aurait droit de cité, et qu’elle serait utilisée à la mesure des besoins des jeunes sourds. Ce serait sans compter sans la force de la volonté intégrationniste qui n’envisage la place des sourds dans la société, leur participation sociale, que « guéris » de la maladie de l’audition et réparés de leur mauvaise parole sonore, en faisant fi justement de la langue des signes.

mardi 21 mars 2017

Evènement : colloque l'inclusion en milieu ordinaire

Colloque « L’inclusion des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire, vers une société inclusive ? »

IRFSS Centre-Val de Loire / Croix-Rouge Française
Jeudi 6 avril 2007

9h30-11h00
L’inclusion est un sport de combat : Philosophie et pratiques d’une école incluante. 
Conférence de Jean-Yves LE CAPITAINE, Ancien chef de service en EMS accueillant des jeunes en situation de handicap (Surdité et troubles complexes du langage)

entre conviction et responsabilité

Entre la conviction et la responsabilité

Tout le monde s’accorde sur un discours, qui est bien dans l’air du temps, des changements nécessaires concernant les politiques d’accompagnement des personnes en situation de handicap, des élèves en situation de handicap à l’école, allant vers davantage d’inclusion, de participation sociale, d’autonomie, de leur plus grande écoute, du développement de leur empowerment. Mais dans les établissements médicaux-sociaux, et dans les services, ce discours se heurte à des pratiques bien différentes.

jeudi 16 mars 2017

racisme, handicapisme, et sourdisme

Racisme et handicapisme (et sourdisme)

J’ai déjà évoqué dans ces « propos nomades » la notion de handicapisme. En référence à la notion de racisme, ou comme une forme de racisme. Il ne s’agit pas ici d’un racisme trivial, mais d’une justification philosophique de l’inégalité entre deux catégories de population, auquel d’ailleurs les philosophes des Lumières n’ont pas échappé : Kant : « Si essentielle est la différence entre ces deux races ! » les Blancs d’Europe et les « Nègres d’Afrique », qui sont « vaniteux et si bavards qu’il faut les séparer et les disperser à coup de bâton » ;

mercredi 8 mars 2017

lecture : L'éducation bilingue en France

L’éducation bilingue en France : politiques linguistiques, modèles et pratiques. 
Textes réunis et présentés par C. Hélot et J. Erfurt (Lambert-Lucas, 2016)


En tombant sur cet ouvrage, je ne m’attendais pas trop à y trouver quelque chose sur la langue des signes. Et pourtant si. Cet ouvrage est bien une « preuve » de la prise en compte de la langue des signes française comme un des éléments du bilinguisme français, aux côtés d’autres bilinguismes comme celui d’Outre-mer, celui des langues régionales, ou les bilinguismes scolaires. Sur les plus de 650 pages du volume, la partie sur le bilinguisme des sourds et la langue des signes française comporte environ 80 pages et articles.


mercredi 1 mars 2017

à propos de la circulaire sur la scolarisation des sourds

A propos de la circulaire : mise en oeuvre du parcours de formation du jeune sourd

(BO du 23 février 2017)
Quelques observations préliminaires :
-        pour la première fois à ma connaissance, cette circulaire comporte des vidéos en LSF dans sa version téléchargeable !
-        la circulaire est placée sous une double référence législative, que l’ensemble des professionnels du secteur qui accompagne les jeunes sourds devraient connaitre : la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; et la loi pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013.

lundi 20 février 2017

le défi de l'externalisation d'une unité d'enseignement

Le défi de l'externalisation d'une unité d'enseignement

conférence donnée à l'IRECOV à TOURS le 25 février 2017

Plan de la conférence
- problématiques et enjeux
- contexte : évolutions sociétales
- contexte : approches contextuelles
- les obstacles : le mur de verre
- les modalités de l'externalisation

lundi 13 février 2017

lecture - il n'y a pas de citoyens inutiles

Il n'y a pas de citoyens inutiles

sous la direction de François Jacob

(Dunod 2016)

Voici un livre qui prend délibérément le point de vue des personnes en situation de handicap, aussi difficile soit leur situation. L’auteur, lui-même père de deux enfants en situation de handicap, et président fondateur de Handidactique a fait collaborer à cet ouvrage différentes personnalités et à donné la parole à de nombreuses personnes en situation de handicap.

Un thème parcourt l’ensemble de l’ouvrage, celui de l’autonomie des personnes, quelle que soit leur situation de « dépendance ». A partir de cette parole et de cette expertise, forte de ses valeurs humanistes, l’équipe de Pascal Jacob propose des pistes fondamentales pour prendre en compte les besoins des personnes en situation de handicap, pour faire valoir leurs droits à participer dans tous les domaines de la société, et des pistes de changements pour notre société.

vendredi 10 février 2017

Un élève en situation de handicap = 1

1 élève en situation de handicap = 1 ?

Parfois il est égal à 0. Lorsque l’établissement scolaire refuse de l’inscrire, ou fait une inscription inactive, alors même qu’il est présent au collège dans un dispositif spécifique d’une unité d’enseignement d’un établissement médico-social. Aux yeux de l’administration scolaire, et au-delà aux yeux des acteurs scolaires, il est hors jeu, hors liste d’élèves, oublié, comme s’il était en visite dans l’établissement alors qu’il y est présent au quotidien. En principe les derniers textes réglementaires (2016) lèveront cette hypothèque afin que les élèves, y compris ceux qui bénéficient d’un service ou d’un établissement médico-social, puissent prétendre enfin à l’accès à leurs droits à « part entière ».

Mais paradoxalement, parfois le cours de l’élève en situation de handicap peut être plus élevé : là il est égal à 2, voire 3 élèves ordinaires.

jeudi 2 février 2017

droit de vote des personnes handicapées

Droit de vote des personnes handicapées

J’étais persuadé, que dis-je, convaincu avec une aveuglante bonne foi, que les personnes en situation de handicap détenaient, comme tout citoyen, le droit de vote. Naïf que j’étais. Certaines personnes handicapées ne peuvent pas voter. Le rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) du 26 janvier 2107, intitulé « Avis sur le droit de vote des personnes handicapées Citoyenneté et handicap : «Voter est un droit, pas un privilège » (l’avis concerne les personnes vivant avec un handicap intellectuel ou psychique) m’a fait découvrir cette inadmissible incongruité ! « Cette situation est d’autant moins satisfaisante qu’elle constitue clairement une discrimination à l’égard des personnes handicapées, au sens où la définit la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, que la France a ratifiée le 18 février 2010. »

vendredi 20 janvier 2017

rapport scientifique sur l'école inclusive

Conférence de comparaisons internationales - Rapport scientifique - Ecole inclusive pour les élèves en situation de handicap


Ce rapport scientifique date déjà de janvier 2016. Il s’agit d’un travail préparatoire à la conférence de comparaisons internationales relative à l’école inclusive pour les élèves en situation de handicap (accessibilité, réussite scolaire et parcours individuels). Il a été rédigé par des auteurs connus pour leur expertise dans le domaine : Serge Ebersold, Eric Plaisance et Christophe Zander.

Ce rapport propose une approche qui me semble complète, claire et approfondie sur les enjeux de l’éducation inclusive en France, au regard des évolutions internationales relatives à ce domaine. On y trouve également une clarification conceptuelle de la notion d’inclusion, qui manque parfois dans la réflexion sur l’action d’accompagnement des élèves en situation de handicap.

lundi 16 janvier 2017

des élèves en surnombre

Des élèves en surnombre

Dans un collège, soient deux classes de 3ième, de 25 élèves chacun. Dans l’une de ces classes, sont scolarisés 5 élèves sourds. Ceux-ci sont accompagnés en accessibilité de langue des signes pour la quasi-totalité de leurs cours par des interfaces ou des enseignants spécialisés. Un jour il est organisé une sortie au cinéma pour les deux classes, pour voir un film sous-titré. Entre plusieurs films, le choix du film sous-titré avait été fait pour être accessible aux jeunes élèves sourds.

Un déplacement en car fut organisé pour se rendre à la salle de cinéma. Le car avait 45 places. Que croyez-vous qu’il arrivât ? Un courriel m’informe : « Le problème est que ces 5 élèves sont en surnombre par rapport à l’effectif prévu pour le transport en car. »

vendredi 13 janvier 2017

name and shame

"Name and shame"

« Nommer et couvrir de honte », telle est la traduction de cette expression très prisée dans une certaine presse anglo-saxonne. Il arrive que dans des institutions, dont les institutions médico-sociales, qu’un professionnel, de terrain ou cadre intermédiaire, des postures, pensées, attitudes, représentations, etc., en écart avec « l’habitus » dominant de son institution, non conformes aux habitudes, aux fonctionnements, aux impensés organisationnels et professionnels de l’institution. Les fonctionnements institutionnels ont souvent du mal à faire avec ce genre de professionnels, qui par ailleurs font souvent avancer et évoluer leur institution.

vendredi 6 janvier 2017

Lecture : des mains pour parler, des yeux....

Des mains pour parler, des yeux pour entendre
La voix des enfants Sourds
d'André Meynard, érès 2016

Après m’être procuré le dernier livre d’André Meynard, intitulé « Des mains pour parler, des yeux pour entendre », et qui a pour sous-titre « La voix et les enfants Sourds », je l’avais laissé traîner quelque temps sur une étagère, parce que j’avais choisi d’avoir d’autres urgences de lecture, et aussi parce que je me disais : « J’ai déjà lu tous les autres ouvrages d’André Meynard, et nombre de ses articles, que pourrait-il bien avoir de nouveau à dire ? 

Reprenant finalement le livre, j’avoue que je me suis trompé. Bien sûr, l’auteur reprend les problématiques, approfondies, qu’il avait précédemment traitées dans son approche du développement de l’enfant Sourd. Ce livre pose des questions fondamentales sur la reconnaissance (ou la non-reconnaissance justement dans ce qui se dessine de leur approche aujourd’hui) des enfants Sourds. L’emprise du sonore est toujours là, et sans doute d’autant plus présente qu’elle s’inscrit dans une évolution sociétale générale qui risque d’opérer un déni des particularités, vitales, des enfants Sourds.

mercredi 4 janvier 2017

résolution européenne sur la langue des signes

Résolution du Parlement européen sur les langues des signes et les interprètes professionnels en langue des signes

Même si une résolution du Parlement européen n’a pas de valeur juridique quant à sa mise en œuvre au quotidien dans les différents pays de l’Union européenne, elle n’en indique pas moins cependant des grandes orientations qui préfigurent bien souvent les évolutions à venir.

Cette Résolution (Résolution du Parlement européen du 23 novembre 2016 sur les langues des signes et les interprètes professionnels en langue des signes) porte sur la place des langues des signes dans les différents pays de l’Union européenne en tant que condition et ressource de l’égalité citoyenne, dans l’éducation, la formation, l’emploi, la ville et la citoyenneté.

mardi 3 janvier 2017

Les effets pervers d'un regard institutionnel

Les effets pervers d'un regard institutionnel

Les institutions du secteur médico-social se laissent souvent aller à avoir un regard (et un discours) à la fois totalitaire et dévalorisant envers les « usagers ». Lors d’une réunion, peut-être de synthèse, en tout cas en présence d’experts, il s’agissait d’examiner la situation d’Ornella, dont l’attitude et le comportement interrogeaient beaucoup, voire mettaient à mal, les professionnels des équipes. Après avoir évoqué plusieurs questions ayant trait à son comportement en classe, au collège, à l’internat, en famille (pour ce qu’on en connaissait), on en est arrivé à sa corpulence physique. Une professionnelle prit la parole : « Là maintenant, ça se dégrade, elle mange n’importe comment, elle est devenue quasiment obèse, et puis il faut voir comment elle se tient, elle est la plupart du temps avachie à sa table ou dans la salle de loisirs ! » Cette professionnelle se trouvait face à moi, de l’autre côté de la table. A côté d’elle, une de ses collègues, très corpulente, « avachie », peu soucieuse de son apparence physique. Les propos tenus sur Ornella auraient pu la qualifier ! J’ai vu cette professionnelle se crisper, blêmir, puis laisser passer.

vendredi 16 décembre 2016

Deux notes d'information de la DEPP

Deux notes d'information de la DEPP sur la scolarisation des élèves en situation de handicap

La DEPP (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance) du Ministère de l’Education nationale a publié dans de dernier trimestre de 2016 deux notes d’information qui donnent des chiffres tout à fait intéressants sur les évolutions et les caractéristiques de la scolarisation des élèves en situation de handicap :
"Pour la première fois, un regard sur les parcours à l'école primaire des élèves en situation de handicap" accéder à la note
"Depuis la loi de 2005 la scolarisation des enfants en situation de handicap a fortement augmenté." accéder à la note 


y a-t-il plus de différences entre deux sourds...

Y a-t-il plus de différences entre deux sourds qu'entre deux entendants ?

On pourrait le croire, à observer un certain nombre de postures, attitudes, pratiques et organisations professionnelles. L’argument le plus commun pour défendre les petits nombres d’élèves dans les dispositifs de scolarisation spécifiques pour élèves en situation de handicap (ULIS ou unités d’enseignement) fait appel à l’idée des différences individuelles entre les enfants.

mardi 13 décembre 2016

lectures : Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse (Cerf, 1999) et Le métier d'homme (Seuil, 2002) d'Alexandre Jollien

Il existe aujourd'hui de nombreuses publications, ouvrages ou articles, sur la gestion, l'organisation et le management des établissements et services qui accueillent ou accompagnent les personnes en situation de handicap. Plus rares sont les publications qui tentent des approches anthropologiques (sociologiques, psychologiques, ...) des situations vécues par les personnes ayant des déficiences ou des troubles, et qui tentent de rendre compte des points de vue et des réalités que vivent ces personnes, et dont ne parlent pas, le plus souvent les ouvrages de la première catégorie. Plus rares encore sont les véritables "témoignages" des personnes vivant différentes situations de handicap.
Parmi ceux-ci, il y a Alexandre JOLLIEN, dont je recommande ici deux des  premiers ouvrages, pas très récents, mais toujours d’actualité.

vendredi 9 décembre 2016

"Six menthes à l'eau, et ...."

"Six menthes à l'eau, et ... "

J’étais tombé, il y a déjà de nombreuses années, sur un article dont le titre m’avait intrigué par son caractère inhabituel dans une revue professionnelle : « La culture des incapables, ou six menthes à l’eau ». Je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici « l’historiette » que raconte l’auteur (J-F. Gomez, conférence au Colloque Européen sur l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées mentales, 1998) : « C’était au cours d’un évènement festif, dans un village de Provence très fréquenté, au mois d’août. J’étais donc en vacances oubliant comme tout un chacun mes soucis de l’année, sirotant un demi de bière avec quelques amis, décontracté. Soudain, je vois un groupe de six handicapés mentaux s’installer sur la terrasse avec leurs accompagnateurs. Les personnes handicapées, des adultes de quarante à quarante cinq ans, hommes et femmes, les accompagnateurs un peu plus jeunes. Au début, je ne fais guère attention à cette présence, qui pour moi, est très quotidienne, et somme toute banale. Je remarque pourtant une sorte de bruissement près du bar… Le garçon vient chercher les consommations. Les adultes handicapés qui n’avaient pas un sou sur eux sont gratifiés collectivement de six menthes à l’eau, pendant que les accompagnateurs choisissent leur boisson préférée, y consacrant le temps nécessaire ».

lundi 5 décembre 2016

D'un petit raté à du harcèlement

D'un petit raté à du harcèlement

Appelons-le Monsieur X. Mr X est moniteur éducateur, âgé d’une cinquantaine d’années. Il a exercé, depuis ses 18 ans, dans le même établissement, à l’internat de l’institution. A l’heure des faits qui suivent, il partage son temps entre, d’une part, ses missions auprès des jeunes (à l’internat toujours, ainsi que des fonctions d’accompagnement à l’orientation des jeunes de 14 à 16 ans), et d’autre part des délégations syndicales et de représentation du personnel. Pendant ces années, il n’a jamais fait voir de ses projets que celui, à échéance encore lointaine, de son départ en retraite.