biographie

Ma photo

J'ai d'abord exercé comme enseignant spécialisé auprès de jeunes sourds. J'ai ensuite exercé différentes missions d'encadrement dans des établissements et services du secteur médico-social. Parallèlement, j'ai été formateur dans différents organismes. J'ai publié de nombreux articles dans des revues professionnelles, et un ouvrage aux éditions l'Harmattan en 2004.
Je suis en retraite depuis l'été 2016, et ressource disponible (gracieuse).
Je suis actuellement administrateur d'une association régionale de formation en travail social

dimanche 25 juin 2017

lecture : Malentendus de B Leclair

Malentendus, de Bertand LECLAIR,éditions Actes Sud, 2013



Il faut lire ce formidable roman pour comprendre et ressentir ce qu’étaient, ce que sont encore, les enjeux et la réalité de l’ce formidable roman pour comprendre et ressentir ce qu’étaient, ce que sont encore, les enjeux et la réalité de l’éducation des jeunes sourds. Ce roman est l’histoire de Julien, enfant sourd né dans les années 1960 dans une famille bourgeoise de province. Passée la sidération du diagnostic, l’histoire est celle d’une éducation oraliste forcenée. 


vendredi 16 juin 2017

principe de participation et contraintes de réalité

Principe de participation et contraintes de réalité

La participation des usagers à leur projet, à la définition de la manière dont ils vivent, leur implication, leur « empowerment », la collaboration des professionnels à la réalisation du projet de l’usager (et de ses parents), tout ceci relève aujourd’hui d’une banalité, née parfois au forceps dans les établissements médico-sociaux après la loi du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale. Mais cette banalité consensuelle se traduit à la fois par de réelles avancées et à la fois par de fortes résistances à la prise en compte réelle et complète de ce principe de relations avec les usagers, que ce soit sur le plan de la relation institutionnelle ou organisationnelle ou sur le plan de la relation individuelle professionnelle. Ainsi par exemple dans les EHPAD, au nom de l’impératif de « zéro risque », on met des contraintes fortes sur les droits des personnes, jusqu’à les alimenter de force ou les empêcher de sortir.

lundi 12 juin 2017

Laetitia, ses difficultés, ses troubles

Laetitia, ses difficultés, ses troubles ...

« Je rencontre, il y a quelques années, les parents de la jeune Laetitia, presque 11 ans, en CM1, et présentant des difficultés générales d’apprentissage scolaires, et particulièrement dans l’apprentissage écrit, dans lequel les parents m’ont présenté leur fille comme en échec total. A l’écoute des dires des parents, Laetitia manifestait des « symptômes » identiques à ceux décrits dans les dysphasies et les dyslexies. Elle avait redoublé le CP et elle était en cours de diagnostic dans un centre référent du langage. Manifestement, Laetitia souffre de sa situation à l’école, et les parents expriment une certaine méfiance à l’égard des enseignants de l’école. Son enseignante de CM1, avec l’équipe éducative, préconisait une orientation vers un enseignement spécialisé : soit une CLIS accueillant des enfants présentant une déficience auditive ou des troubles du langage, soit un dispositif délocalisé en école élémentaire d’une Unité d’Enseignement (secteur médico-social) pour enfant présentant des troubles du langage. Pour diverses raisons, (retard de diagnostic et retard de constitution du dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées), la notification d’orientation n’est pas prononcée suffisamment à temps pour la rentrée suivante de septembre. Pendant ce temps, la famille déménage, et inscrit Laetitia, en CM2, dans une nouvelle école, proche du nouveau domicile.

mercredi 7 juin 2017

lecture : transformer le handicap

Transformer le handicap - Au fil des expériences de vie
de Anne-Lise CHABERT, éditions érès, 2017

Transformer le handicap est une opération complexe que l’auteur situe à l’intersection de la personne et de son environnement. De nos certitudes à classifier les situations de handicap à partir de classifications conventionnelles souvent référées à des déficiences et au déséquilibre de fonctionnement de la personne, l’auteur nous interroge immédiatement : quand commence le handicap ? Quelles en sont les limites ? Comment le définir en sortant des classifications conventionnelles en prenant en compte les évolutions conceptuelles et des représentations liées à la place des personnes en situation de handicap dans la société ?

jeudi 1 juin 2017

quand perdure la déficience

Quand perdure la déficience ...

Le discours sociétal affirme consensuellement mais avec force un changement de paradigme de pensée et d’action concernant les personnes en situation handicap. Avec la loi du 11 février 2005 et la nouvelle définition du handicap, ce qui faisait la « définition » des personnes concernées, à savoir la déficience (ou le trouble, ou la maladie) et les incapacités conséquentes, s’élargit à des facteurs environnementaux et personnels, l’ensemble étant en mesure de caractériser des situations de participation sociale de ces personnes, ainsi que les situations de handicap qu’elles pouvaient rencontrer. Que devient dans ce contexte la déficience ?

mardi 30 mai 2017

mise à jour textes réglementaires

Mise à jour des derniers textes réglementaires


derniers textes concernant 

- le certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation inclusive (CAPPEI) télécharger la circulaire
- les parcours de scolarisation des jeunes sourds télécharger la circulaire
- les établissements d'enseignement adapté télécharger la circulaire
- les personnels chargés de l'accompagnement des élèves en situation de handicap  télécharger la circulaire

lundi 29 mai 2017

l'inclusion peut-elle être collective ?

L'inclusion peut-elle être collective ?

Quand il s’agit de penser la participation des élèves sourds à l’école et les modalités de leur parcours de scolarisation, on se heurte toujours à la problématique du choix entre modalité individuelle et modalité collective.

jeudi 11 mai 2017

comment valoriser l'ignorance et la censure

Comment valoriser l'ignorance et la censure ?

On pourrait croire, à l’appui des catégories de professionnels y travaillant, que les établissements médico-sociaux sont des lieux de débats cliniques, de confrontations pragmatiques, de débats et d’échanges sur les modèles d’action et les actions elles-mêmes. Dans les faits, les libertés de penser, de réfléchir, d’élaborer un modèle de pensée, de se doter même des outils d’information et de réflexion, ont parfois du mal à exister, du fait de facteurs multiples et parfois inattendus. En voici un exemple.

vendredi 5 mai 2017

la LSF à la radio

La LSF à la radio

Depuis quelque mois (novembre 2016), Marion Le Tohic, interprète en langue des signes française, est présente sur France Inter, dans le 7/9 de Patrick Cohen, pour traduire quelques chroniqueurs. Evidemment, il faut regarder la radio sur son site internet. Qu’une radio ait pris une telle initiative est le signe de la reconnaissance de la place légitime de la langue des signes dans la « culture » française. On a vu également dans la campagne présidentielle la présence plus importante de traductions en langue des signes (même si tous les candidats n’ont pas fait le même effort, et ceci indépendamment de leurs moyens financiers).

mardi 2 mai 2017

l'inclusion est un sport de combat

L'inclusion est un sport de combat. philosophie et pratiques pour une école incluante

Conférence donnée au colloque "L'inclusion des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire, vers une société inclusive ?", organisé par l'Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale, Croix-Rouge française, 37 Chambray les Tours, le 6 avril 2007
Plan de l'intervention :
  - l'inclusion n'est ni un acquis, ni une évidence
  - une approche d'une définition de l'inclusion
  - l'évolution des approches conceptuelles et des représentations
  - les obstacles à l'inclusion : les lignes de front

jeudi 27 avril 2017

le crépuscule d'une profession

Le crépuscule d'une profession

Sans vouloir « philosopher avec un marteau » pour briser les idoles comme Nietzche dans son ouvrage intitulé « Le Crépuscule des idoles », je parlerai ici d’une situation bien plus banale, celle de l’évolution d’une profession, celle d’enseignant spécialisé pour jeunes sourds (il y aurait aussi des analogies avec les enseignants spécialisés pour jeunes aveugles), qui « d’idole » à une époque passée, est aujourd’hui en butte à la question de son utilité sociale.

vendredi 21 avril 2017

Présentation : l'inclusion est un sport de combat

L'inclusion est un sport de combat. Philosophie et pratiques pour une école incluante



Présentation diaporama de la conférence donnée le 6 avril 2017 au colloque : "L'inclusion des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire, vers une société inclusive".

Institut Régional de Formation Sanitaire et Sociale Centre-Val de Loire, Croix Rouge Française, Chambray-les-Tours (37)

jeudi 13 avril 2017

Publication : Cessons de les appeler 'handicaps associés'

Cessons de les appeler "handicaps associés"

une nouvelle publication de Jean-Yves Le Capitaine
Revue EMPAN, n° 105, p.114-119

Résumé

Les dispositifs d'éducation et de scolarisation pour "jeunes avec handicaps associés" (ici de jeunes sourds) ont l'avantage de proposer des réponses inexistantes dans le milieu ordinaire. Mais ce faisant, ils assignent dans le même temps ces jeunes à une catégorisation excluante et à des représentations d'incapacité éloignées de la norme. Cela reste un défi pour les professionnels, les parents et les jeunes eux-mêmes de s'extraire de cette assignation


Mots clés :
handicaps associés, sourds, dispositif spécifique, assignation, participation sociale

texte accessible sur la plate-forme CAIRN

lundi 3 avril 2017

effet pervers du petit groupe

Effet pervers du petit groupe

En ces temps-là, au début des années 1990, l’intégration scolaire des élèves handicapés était loin d’être une évidence. Tout au plus y avait-il des classes spécialisées, les CLIS de l’Education nationale, et quelques rares dispositifs de classes externalisées des établissements spécialisés. Mais il s’agissait de classes seulement intégrées dans l’espace scolaire, les élèves étant quant à eux dans leurs dispositifs spécialisés. Car rare et peu évidente, révolutionnaire même, était la présence d’élèves sourds, pratiquant la langue des signes qui plus est, dans les activités scolaires des classes de l’école.

mardi 28 mars 2017

"il chantera même la Marseillaise"

"Il chantera même la Marseillaise"

On pourrait croire qu’aujourd’hui, douze ans après la loi de 2005 qui instaure le droit d’utilisation de la langue des signes (enseignement de la langue des signes et en langue des signes) pour les sourds, et vingt-cinq ans après la première reconnaissance officielle de cette langue dans l’éducation des sourds, cette langue aurait droit de cité, et qu’elle serait utilisée à la mesure des besoins des jeunes sourds. Ce serait sans compter sans la force de la volonté intégrationniste qui n’envisage la place des sourds dans la société, leur participation sociale, que « guéris » de la maladie de l’audition et réparés de leur mauvaise parole sonore, en faisant fi justement de la langue des signes.

mardi 21 mars 2017

Evènement : colloque l'inclusion en milieu ordinaire

Colloque « L’inclusion des enfants en situation de handicap en milieu ordinaire, vers une société inclusive ? »

IRFSS Centre-Val de Loire / Croix-Rouge Française
Jeudi 6 avril 2007

9h30-11h00
L’inclusion est un sport de combat : Philosophie et pratiques d’une école incluante. 
Conférence de Jean-Yves LE CAPITAINE, Ancien chef de service en EMS accueillant des jeunes en situation de handicap (Surdité et troubles complexes du langage)

entre conviction et responsabilité

Entre la conviction et la responsabilité

Tout le monde s’accorde sur un discours, qui est bien dans l’air du temps, des changements nécessaires concernant les politiques d’accompagnement des personnes en situation de handicap, des élèves en situation de handicap à l’école, allant vers davantage d’inclusion, de participation sociale, d’autonomie, de leur plus grande écoute, du développement de leur empowerment. Mais dans les établissements médicaux-sociaux, et dans les services, ce discours se heurte à des pratiques bien différentes.

jeudi 16 mars 2017

racisme, handicapisme, et sourdisme

Racisme et handicapisme (et sourdisme)

J’ai déjà évoqué dans ces « propos nomades » la notion de handicapisme. En référence à la notion de racisme, ou comme une forme de racisme. Il ne s’agit pas ici d’un racisme trivial, mais d’une justification philosophique de l’inégalité entre deux catégories de population, auquel d’ailleurs les philosophes des Lumières n’ont pas échappé : Kant : « Si essentielle est la différence entre ces deux races ! » les Blancs d’Europe et les « Nègres d’Afrique », qui sont « vaniteux et si bavards qu’il faut les séparer et les disperser à coup de bâton » ;

mercredi 8 mars 2017

lecture : L'éducation bilingue en France

L’éducation bilingue en France : politiques linguistiques, modèles et pratiques. 
Textes réunis et présentés par C. Hélot et J. Erfurt (Lambert-Lucas, 2016)


En tombant sur cet ouvrage, je ne m’attendais pas trop à y trouver quelque chose sur la langue des signes. Et pourtant si. Cet ouvrage est bien une « preuve » de la prise en compte de la langue des signes française comme un des éléments du bilinguisme français, aux côtés d’autres bilinguismes comme celui d’Outre-mer, celui des langues régionales, ou les bilinguismes scolaires. Sur les plus de 650 pages du volume, la partie sur le bilinguisme des sourds et la langue des signes française comporte environ 80 pages et articles.


mercredi 1 mars 2017

à propos de la circulaire sur la scolarisation des sourds

A propos de la circulaire : mise en oeuvre du parcours de formation du jeune sourd

(BO du 23 février 2017)
Quelques observations préliminaires :
-        pour la première fois à ma connaissance, cette circulaire comporte des vidéos en LSF dans sa version téléchargeable !
-        la circulaire est placée sous une double référence législative, que l’ensemble des professionnels du secteur qui accompagne les jeunes sourds devraient connaitre : la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ; et la loi pour la refondation de l’école du 8 juillet 2013.

lundi 20 février 2017

le défi de l'externalisation d'une unité d'enseignement

Le défi de l'externalisation d'une unité d'enseignement

conférence donnée à l'IRECOV à TOURS le 25 février 2017

Plan de la conférence
- problématiques et enjeux
- contexte : évolutions sociétales
- contexte : approches contextuelles
- les obstacles : le mur de verre
- les modalités de l'externalisation

lundi 13 février 2017

lecture - il n'y a pas de citoyens inutiles

Il n'y a pas de citoyens inutiles

sous la direction de François Jacob

(Dunod 2016)

Voici un livre qui prend délibérément le point de vue des personnes en situation de handicap, aussi difficile soit leur situation. L’auteur, lui-même père de deux enfants en situation de handicap, et président fondateur de Handidactique a fait collaborer à cet ouvrage différentes personnalités et à donné la parole à de nombreuses personnes en situation de handicap.

Un thème parcourt l’ensemble de l’ouvrage, celui de l’autonomie des personnes, quelle que soit leur situation de « dépendance ». A partir de cette parole et de cette expertise, forte de ses valeurs humanistes, l’équipe de Pascal Jacob propose des pistes fondamentales pour prendre en compte les besoins des personnes en situation de handicap, pour faire valoir leurs droits à participer dans tous les domaines de la société, et des pistes de changements pour notre société.

vendredi 10 février 2017

Un élève en situation de handicap = 1

1 élève en situation de handicap = 1 ?

Parfois il est égal à 0. Lorsque l’établissement scolaire refuse de l’inscrire, ou fait une inscription inactive, alors même qu’il est présent au collège dans un dispositif spécifique d’une unité d’enseignement d’un établissement médico-social. Aux yeux de l’administration scolaire, et au-delà aux yeux des acteurs scolaires, il est hors jeu, hors liste d’élèves, oublié, comme s’il était en visite dans l’établissement alors qu’il y est présent au quotidien. En principe les derniers textes réglementaires (2016) lèveront cette hypothèque afin que les élèves, y compris ceux qui bénéficient d’un service ou d’un établissement médico-social, puissent prétendre enfin à l’accès à leurs droits à « part entière ».

Mais paradoxalement, parfois le cours de l’élève en situation de handicap peut être plus élevé : là il est égal à 2, voire 3 élèves ordinaires.

jeudi 2 février 2017

droit de vote des personnes handicapées

Droit de vote des personnes handicapées

J’étais persuadé, que dis-je, convaincu avec une aveuglante bonne foi, que les personnes en situation de handicap détenaient, comme tout citoyen, le droit de vote. Naïf que j’étais. Certaines personnes handicapées ne peuvent pas voter. Le rapport de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) du 26 janvier 2107, intitulé « Avis sur le droit de vote des personnes handicapées Citoyenneté et handicap : «Voter est un droit, pas un privilège » (l’avis concerne les personnes vivant avec un handicap intellectuel ou psychique) m’a fait découvrir cette inadmissible incongruité ! « Cette situation est d’autant moins satisfaisante qu’elle constitue clairement une discrimination à l’égard des personnes handicapées, au sens où la définit la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, que la France a ratifiée le 18 février 2010. »